Le Collège des Généralistes Enseignants et Maîtres de Stage du Poitou Charentes
et le Département de Médecine Générale - Université de Poitiers
ACCUEIL     Le COGEMS       Le DEPARTEMENT de MG      La FAC de MEDECINE      Le CNGE       Le CRP-IMG

Titre

Prise en charge de la diarrhée aigüe du nourrisson en médecine générale : enquête dans le département de la Vienne

Auteur

Thèse soutenue le 2 juillet 2007 par Géraldine CHAIGNEAU

Faculté

Poitiers (86)

Résumé

A l’aube du 21ème siècle, la diarrhée aigüe du nourrisson constitue encore un problème de santé publique en France. Les premiers acteurs de santé concernés par cette pathologie sont les médecins généralistes.
Objectif de l’étude : Evaluer les pratiques des médecins généralistes du département de la Vienne dans la prise en charge de la diarrhée aigüe du nourrisson, en particulier la prescription des solutés de réhydratation orale.
Matériel et méthodes : L’étude était prospective, sous forme d’enquête réalisée entre le 18 janvier et le 10 février 2007. Un questionnaire était adressé aux 395 médecins généralistes de la Vienne, permettant l’inclusion de 1 à 4 cas par médecin vus en consultation sur une journée. La diarrhée aigüe du nourrisson était définie par plus de 3 selles liquides par jour depuis moins de 7 jours.
Résultats : Le taux de réponse était de 28%. Les 87 médecins inclus représentaient 22% des médecins du département. 134 cas étaient analysés. Un soluté de réhydratation orale était prescrit dans 63% des cas. Un médicament antidiarrhéique et/ou antiémétique était prescrit dans 97% des cas avec en moyenne 1,8 médicament par enfant et du lopéramide chez
8 enfants. Un lait « de régime » était prescrit dans 36% des cas. La prescription de solutés de réhydratation orale était associée à la présence de vomissements (p=0,01) et à la pesée lors de la consultation (p=0,02). Leur non-prescription était expliquée par le médecin par l’absence de déshydratation dans 56% des cas, la poursuite de l’alimentation dans 14% des cas et l’utilisation d’un autre mode de réhydratation orale dans 12% des cas. La prescription de médicaments antiémétiques était associée à la présence de vomissements (p<0,001). 7,5% des enfants présentaient au moins un signe clinique de déshydratation modérée. 1,5% des nourrissons étaient adressés aux urgences. La vaccination contre le rotavirus concernait 1,5% des cas.
Conclusion : Les solutés de réhydratation orale font maintenant partie de l’arsenal thérapeutique des médecins généralistes mais leur prescription n’est pas encore systématique devant une diarrhée aigüe du nourrisson. La prescription de médicaments reste leur référence, contrairement aux recommandations. Une amélioration des pratiques est possible et nécessite des programmes d’information adaptés.

Mots clés

Diarrhée aigüe du nourrisson, médecins généralistes, solutés de réhydratation orale, médicaments antidiarrhéiques, médicaments antiémétiques, gastroentérite aigüe, déshydratation aigüe, rotavirus.


Retour à la liste des thèses