Le Collège des Généralistes Enseignants et Maîtres de Stage du Poitou Charentes
et le Département de Médecine Générale - Université de Poitiers
ACCUEIL     Le COGEMS       Le DEPARTEMENT de MG      La FAC de MEDECINE      Le CNGE       Le CRP-IMG

Titre

Implication des médecins généralistes dans la prise en charge du virus de l'immuno-déficience humaine : Etude prospective auprès des médecins généralistes de la Vienne et 315 patients.

Auteur

Thèse soutenue le 19 septembre 2006 par Sophie GATTI épouse DECHAVANNE

Faculté

Poitiers (86)

Résumé

Après considération des données bibliographiques actuelles, le questionnaire réalisé , a été adressé à 150 praticiens de la Charente Maritime ; au travers de ce document nous leurs avons demandé d exposer la conduite adoptée lors de la prise en charge du dernier cas de colique néphrétique auquel ils ont été confrontés. Cette étude était principalement centrée sur la prise ne charge de la douleur en médecine générale, nous avons néanmoins pu évaluer à l aide d une enquête d opinion les autres causes d hospitalisations éventuelles, les bilans complémentaires réalisés. Nous avons reçus 81 réponses exploitables. Après analyse des réponses j ai pu constaté, que pour plus de 80% (n=70)des praticiens, le traitement de la douleur était précoce, que14% (n=11) la gestion est différée ; que la quasi-totalité des praticiens utilisaient un AINS durant la phase douloureuse,plus particulièrement par voie IM Que plus de 50% des médecins ont recours aux antalgiques dont une majorité à la classe II ; celle-ci nécessitant moins de surveillance que les morphiniques. Que les anti-spasmodiques sont majoritairement prescrits malgré l absence de recommandations à leur sujet. Dans cet échantillon de patient 37%(N=30) ont été hospitalisés dont 60%(N=18) en raison d une douleur récidivante ou résistante au traitement initial. Notons que les patients traités par AINS et antalgiques ont été statistiquement moins hospitalisés. 91% des praticiens réalisent un bilan para clinique systématique mais le couple ASP-Echographie n est utilisé que par 38% d entre eux. Les principaux problèmes rencontrés par les médecins sont un manque de disponibilité ainsi que de la difficulté décisionnelle concernant la thérapeutique. Nous savons que la prise en charge de la douleur de la colique néphrétique est une urgence médicale il est relativement aisé de trouver des recommandations concernant la prise en charge hospitalière, en consultant notamment la 8° Conférence de consensus : Préférer la voie veineuse, en l absence de contre indication utiliser un AINS, utiliser un antalgique morphinique en cas de douleur majeure d emblée, il est possible de d utiliser un antalgique non morphinique en cas de douleur faible à modérée. Il serait souhaitable d adapter les recommandations à la pratique ambulatoire particulièrement concernant les AINS et les Antalgiques de classes III.

Mots clés

Colique néphrétique - Urgence médicale - Médecine générale - Traitement de la douleur -Décision thérapeutique.

Retour à la liste des thèses