Le Collège des Généralistes Enseignants et Maîtres de Stage du Poitou Charentes
et le Département de Médecine Générale - Université de Poitiers
ACCUEIL     Le COGEMS       Le DEPARTEMENT de MG      La FAC de MEDECINE      Le CNGE       Le CRP-IMG

Titre

Implication des médecins généralistes dans la prise en charge du virus de l'immuno-déficience humaine : Etude prospective auprès des médecins généralistes de la Vienne et 315 patients.

Auteur

Thèse soutenue le 06 octobre 2006 par Karine GILLET

Faculté

Poitiers (86)

Résumé

L'objectif de ce travail était d'évaluer l'implication des généralistes de la Vienne dans la prise en charge globale du VIH. Deux études prospectives transversales déclaratives ont été réalisées : l'une auprès des médecins généralistes (MG) de la Vienne, l'autre auprès des 315 patients VIH suivis à l'hôpital de jour de Maladies Infectieuses. Sur la période étudiée, 188 (60%) patients, d âge moyen de 44,2 ±ð 11, 6 ans, ont accepté de remplir le questionnaire ; 67%, étaient des hommes, 82% d'origine française, 48% vivaient seul, 33% étaient hétérosexuels. Quatre vingt treize pour cent étaient suivi régulièrement par leur MG et 18% avaient été dépistés par ce praticien. Les motifs de consultations étaient variés, le nombre moyen de consultations par an de 5,4 ±ð 5,4 et la durée moyenne de suivi de 7,5 ±ð 6,5 ans. Cent trente quatre patients ont déclaré s'adresser en premier à leur (MG) en cas de problème médical non lié au VIH (75%) et, si 78(44%) préfèrent parler du VIH avec le spécialiste, 76(42%) se sentent aussi à l'aise avec le spécialiste qu'avec leur MG. Le taux de participation pour l'enquête auprès des MG était de 37% (109/320), 73% étaient des hommes, 60% avaient moins de 50 ans, 49% installés en zone urbaine, 39% depuis plus de 20 ans, et 66% en association. La moyenne d'âge des MG était de 47,6 ± 8,42 ans. Tous avaient prescrit une sérologie VIH dans l'année et 35% avaient déjà obtenu des résultats positifs, 62% suivaient, en moyenne, 2,2 patients pour lesquels 4,4 ± 3,8 consultations étaient faites par an. Seulement 18% des MG avaient suivi une FMC sur le VIH, mais la moitié des médecins étaient prêts à se former. Les MG du département sont impliqués dans la prévention, le dépistage du VIH mais peu dans le suivi des malades. Pour offrir une meilleure qualité de soins aux patients, la formation des généralistes et le travail en réseau avec l'hôpital doivent être privilégiés.

Mots clés

VIH - Médecin généraliste - Prévention - Dépistage - Suivi - Formation - Réseau - Vienne

Retour à la liste des thèses