Le Collège des Généralistes Enseignants et Maîtres de Stage du Poitou Charentes
et le Département de Médecine Générale - Université de Poitiers
ACCUEIL     Le COGEMS       Le DEPARTEMENT de MG      La FAC de MEDECINE      Le CNGE       Le CRP-IMG

Titre

Le portage de Chlamydia trachomatis, une infection asymptomatique ?
Etude prospective sur 131 patientes consultant en orthogénie

Auteur

Thèse soutenue le 12 avril 2012 par Aude MOUSTROU

Faculté

Poitiers (86)

Résumé

l'infection uro-génitale à Chlamydia trachomatis touche la population jeune sexuellement active et peut avoir des conséquences graves chez la femme : salpingite, GEU, infertilité. Le dépistage systématique de l'infection sur le seul critère d'âge est recommandé dans les structures publiques (CPEF, CDAG...) mais ne semble pas justifié en médecine générale. Avec une prévalence d'environ 3%, l'infection est fréquente en population générale mais encore sous-dépistée. Il apparaît donc nécessaire de définir de nouveaux critères pour cibler la population à tester et augmenter le dépistage dans les cabinets de médecine générale.

Objectif : Evaluer la performance des éléments cliniques d'orientation amenant au dépistage de C. trachomatis..

Méthode : nous avons réalisé une étude prospective d'octobre 2010 à juin 2011 au CPEF de Poitiers. Pour chaque patiente consultant pour une IVG le jeudi, nous avons réalisé un prélèvement de l'endocol pour recherche de C. trachomatis par PCR. A l'interrogatoire était recherchée la présence de signes fonctionnels : leucorrhées, douleur abdominale, SFU , dyspareunie profonde.

Résultats : 131 patientes ont été incluses. La prévalence de l'infection était de 17,6%. Les femmes infectées étaient plus symptomatiques que les non infectées (70% contre 34%, p = 0,002). Parmi les quatre signes fonctionnels recherchés, seule la dyspareunie n'était pas statistiquement liée à l'infection. Les leucorrhées étaient le signe le plus statistiquement lié à l'infection (p = 0,002), suivie des signes fonctionnels urinaires (p = 0,017) et des douleurs abdominales (p = 0,031).

Conclusion : Les patientes n'exprimant pas spontanément de plainte fonctionnelle, il est important pour le médecin de rechercher les signes fonctionnels à l'interrogatoire et de savoir proposer un test lorsqu'ils sont présents. D'autres études sont nécessaires afin de déterminer si la recherche systématique de ces signes fonctionnels en consultation pourrait être un outil pour cibler les personnes à risque et augmenter le dépistage de l'infection à C. trachomatis en médecine générale.

Mots clés : infection sexuellement transmissible, C. trachomatis, symptômes, dépistage


Retour à la liste des thèses