Le Collège des Généralistes Enseignants et Maîtres de Stage du Poitou Charentes
et le Département de Médecine Générale - Université de Poitiers
ACCUEIL     Le COGEMS       Le DEPARTEMENT de MG      La FAC de MEDECINE      Le CNGE       Le CRP-IMG

Titre

Le dépistage de l'artériopathie oblitérante des membres inférieurs en médecine générale

Auteur

Thèse soutenue le 27 septembre 2010 par Christophe ROUL

Faculté

Poitiers (86)

Résumé

Introduction : L'artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) est une maladie fréquente dont l'importance est sous-estimée par les médecins. Il s'agit pourtant d'un marqueur prédictif majeur de morbi-mortalité cardio-vasculaire. Sa prévalence, très variable selon le mode de dépistage, serait estimée à 1 à 2% avant 50 ans et à 5% après 50 ans.
Méthode : Etude de type transversal, descriptive, rétrospective. Elle a porté sur les patients d'un cabinet de deux généralistes à exercice urbain entre avril et juin 2010.
L'objectif était d''évaluer, chez les patients consultant les médecins de premiers recours, la proportion de patients ayant une AOMI asymptomatique et la pertinence d'un dépistage optimisé ciblé chez ces patients à partir des facteurs de risque définis en 2006 par l'American College of Cardiology (ACC). L'AOMI était considérée comme présente si l'index de pression systolique était inférieur à 0,9.
Résultats : Sur les 190 patients identifiés avec les critères de l'ACC, 21% avaient déjà été dépistés et 7,5% avaient la trithérapie recommandée. Vingt huit des 118 patients dépistés étaient artéritiques (23,7%).Chez les patients entre 50 et 69 ans, 25 % étaient tabagiques, 16,7% étaient diabétiques, 16,7% étaient coronariens et 41,8% étaient âgés entre 70 et 80 ans. 14,7% de la population totale (des 190 patients) était artéritique avec un sex ratio à 1,8 à prédominance masculine. Un seul de ces patients s'était avéré symptomatique d'après le questionnaire d'Edimbourg.
Discussion : Les résultats étaient globalement comparables à ceux de la littérature. Il existait, par contre dans notre étude, une surestimation du nombre de patients symptomatiques pouvant être liée à la faiblesse de l'effectif.
Conclusion : Notre étude confirme qu''il existe bien une sous-estimation de l'AOMI en médecine générale. Les informations du dossier médical permettent d''identifier les patients porteurs de facteurs de risque d''rtérite. D'un point de vu pratique le dépistage pourrait être optimisé en ciblant les patients coronariens, diabétiques et tabagiques. Mots clés : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs, prévention primaire, maladie cardio-vasculaire, indice de pression systolique, facteurs de risque vasculaire, diabète, tabagisme.

Télécharger la présentation orale


Retour à la liste des thèses